Télémétrie par satellite

En été 2011, 5 jeunes cigognes ont été munies de balises en Suisse afin de déterminer le degré d’importance des décharges publiques pour les cigognes suisses. Malheureusement, trois des cigognes avec balises ont cessé de transmettre des données entre août et septembre  2011. La carte des déplacements des différentes cigognes est régulièrement mise à jour  et peut être consultée sur:

>> Bruno
>> Dani
>> Amelios
>> Düschess
>> Sämi

Cigogne avec balise  « Bruno » :
Elle a l’habitude de faire des pauses de plusieurs jours sur différentes décharges publiques en Espagne. Début octobre, arrivée au Maroc, près de la ville de Kenitra, au nord de Rabat. Séjourne sur une décharge. Dernières données sur sa position recueillies le 10.10.2011. Eventuellement panne de l’émetteur (défaut technique ?).

Cigogne avec balise « Dani » :
Elle passe par la France, puis traverse les Pyrénées orientales. Pendant tout le mois de septembre et jusqu’au 10. 10.2011,  elle séjourne sur la décharge de Montoliu près de Lérida. Le 11 octobre, elle continue sa route en direction de Saragosse dans la vallée de l’Ebre et là encore, elle reste probablement sur une décharge publique.

Cigogne avec balise « Amelios » :
Elle passe par la France, puis traverse les Pyrénées orientales. Dernières indications sur sa position fin août 2011, un peu au sud de la frontière franco-espagnole. Probablement panne de l’émetteur (défaut technique ?).

Cigogne avec balise « Duchesse » :
Quatre semaines à peine après la mise en place de la balise, l’oiseau a été retrouvé mort le 4 août 2011 près du lieu de montage de la balise.

Cigogne avec balise « Sami » :
Sur la route de migration à travers l’Espagne, des haltes de plusieurs jours sur différentes décharges. Début octobre, passade du Détroit de Gibraltar et rapide poursuite à travers le Maroc, direction sud. Le 20.10.2011, près de la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, à proximité du fleuve Sénégal.

Malgré les pannes dont 3 cigognes avec balise ont été victimes, les résultats fournis par la télémétrie par satellite confirment l’importance des décharges publiques sur la route migratoire occidentale. Les trois cigognes avec balise traversant l’Espagne, ont pour ainsi dire « sauté » d’une décharge à l’autre en allant vers le sud et les haltes un peu plus longues se sont toujours faites près de décharges. En plus des décharges déjà connues mentionnées ci-dessus, nous en avons pu repérer plusieurs autres au moyen des coordonnées GPS des oiseaux. Comme ce fut déjà le cas en 2000 et 2001, les rizières près du Guadalquivir se révélèrent être d’importantes zones nourricières à proximité des aires de repos.

Entretemps, nous avons récolté des milliers d’indications de lieu précises. Leur dépouillement détaillé fournira de nombreuses informations au sujet du comportement migratoire, du choix de l’habitat, du rayon d’action depuis le lieu de séjour, etc.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s