Travail sur le terrain de janvier à mars 2011

Au terme de travaux de planification et de préparation de plusieurs mois, le travail effectif débuta en janvier 2011 par un voyage de sondage et d’enquête.  Pendant 7 semaines (du 19 janvier au 11 mars 2011), le chef de projet séjourna en Espagne afin de faire le point de la situation, procéder aux premières enquêtes et établir les premiers contacts avec des partenaires potentiels. Quatre décharges ont été visitées. En résumé, on peut dire que les décharges continuent certes d’être d’une grande importance pour les cigognes blanches empruntant la route migratoire occidentale, mais que la transformation des décharges,  resp. la réduction des déchets organiques sont en route. Dans quelques années déjà, la ressource alimentaire que sont les déchets aura considérablement diminué.

Montoliu près de Lérida/Catalogne:
Depuis un certain temps déjà, on rapporte que la décharge de Montoliu gagne en importance pour les cigognes. En mars 2011, nous y avons pu observer plusieurs centaines de cigognes. Des personnes sur place parlent  de milliers d’oiseaux qui y séjournent en hiver

Dos Hermanas près de Séville/Andalousie:
Plusieurs milliers de cigognes en janvier 2011. Le permis d’accès à la décharge a malheureusement été refusé. Des observations indiquent toutefois que cette décharge abritant plusieurs milliers de cigognes en février 2011 n’a pas perdu de son importance depuis les années 2000/2001.

Miramundo près de Medina Sidonia/Andalousie:
Nous avons pu procéder à des enquêtes approfondies sur la décharge de Miramundo, aussi bien sur le comportement des cigognes sur la décharge que sur le rayon d’action, le comportement sur les lieux où elles passent la nuit, l’utilisation de l’habitat, etc. En février, nous y avons dénombré plus de 2 à 3000 individus. La décharge reçoit toujours des déchets organiques, mais en quantités moindres qu’il y a dix ans.

Los Barrios près d’Algéciras/Andalousie:
En février/mars 2011, pas plus de 300 cigognes environ. L’ancienne installation sur laquelle hivernaient des milliers de cigognes dans les années 2000/2001, a été abandonnée. Sur la nouvelle décharge non loin de là, les déchets sont triés, traités, puis stockés dans des halles ou en plein air sous toit. Seule une surface restreinte est réservée au dépôt de déchets organiques.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s